Présidentielle : ouverture des bureaux dimanche à 20 heures ...
Présidentielle : ouverture des bureaux dimanche à 20 heures ... | heure ouverture bureau de vote

15 Caractéristiques D’Heure Ouverture Bureau De Vote Qui Font Que Tout Le Monde L’aime | Heure D’ouverture Bureau De Vote

32 views

Élections présidentielles russes et leur traitement médiatique en France, réaction de Macron et son «geste stupide», «manipulation» dans l’affaire Skripal, Coupe du Monde, Ukraine, futurs hommes forts russes, Frédéric Pons, journaliste et auteur d’une biographie de Poutine, dresse un bilan sans appel et sans langue de bois sur l’actualité russe.

Présidentielle : ouverture des bureaux dimanche à 20 heures ..
Présidentielle : ouverture des bureaux dimanche à 20 heures .. | heure ouverture bureau de vote

Image Source: francetvinfo.fr

Frédéric Pons, vous étiez en Russie dimanche 18 mars lors des élections présidentielles russes. Pourriez-vous, brièvement, nous donner votre sentiment sur ce scrutin?

«J’ai passé quelques jours avant l’élection et quelques jours après, ce qui m’a permis de beaucoup circuler, de rencontrer beaucoup de gens, d’être notamment le 18 mars dans un certain nombre de bureaux de vote de Moscou.

Ce que j’en retiens, c’est la sérénité de ce vote, le jour même, mais aussi les jours précédant et suivant l’élection.

Ce vote a été pour les Russes, comme à chaque fois d’ailleurs, une sorte de fête: en Russie, la démocratie est vivante, c’est-à-dire que l’élection fait partie du grand jeu démocratique et les gens vont voter parce qu’ils savent qu’ils ont été privés de ce droit pendant des années et aujourd’hui, ils l’exercent avec beaucoup plus d’enthousiasme que dans nos vieilles démocraties occidentales.

De plus, la participation a été très importante. Dès le matin, dans les bureaux de vote, on se pressait avec sérénité et une sorte de détermination, qui s’est traduite ensuite par le résultat quasiment plébiscitaire de Vladimir Poutine. […]

Vous avez été observateur du déroulement du vote des présidentielles. L’avez-vous été, à titre personnel ou avez-vous été invité à vous y rendre par les officiels français, européens ou russes?

«Je n’ai été invité par personne, j’étais présent à titre personnel comme journaliste, ce qui m’a donné une grande liberté, de circulation, de ton […] et cela m’a permis de rencontrer aussi bien des gens de l’opposition que de la majorité poutinienne. Et quand je dis de l’opposition, j’ai rencontré des partisans d’Alexeï Navalny, y compris dans des bureaux de vote avec qui j’ai parlé tout à fait librement, et eux-mêmes d’ailleurs parlaient très librement avec des partisans de Poutine autour et cela s’est plutôt très très bien passé. […]

J’ai le souvenir de bureaux de vote en France où c’est beaucoup plus tendu entre partisans des différents candidats, où on a tendance à beaucoup cacher celui pour qui on va voter alors qu’en Russie le vote est beaucoup plus libre et c’est assez frappant.»

heure ouverture bureau de vote - 28 images - vaucluse ..
heure ouverture bureau de vote – 28 images – vaucluse .. | heure ouverture bureau de vote

Image Source: linternaute.com

Dans quelles villes et/ou bureaux de vote?

«Cette fois-là, je suis resté à Moscou et j’ai fait plusieurs bureaux de vote du centre de la ville, du 145 au 150.»

Comment percevez-vous le traitement médiatique de la presse française ou européenne des élections en elles-mêmes (scores des candidats et abstention), de son ambiance, des irrégularités filmées par les caméras dans les bureaux de vote?

«Alors une nouvelle fois, sur ce plan-là, la presse occidentale dominante a procédé par beaucoup d’approximations, beaucoup de caricatures et une certaine méconnaissance quand même de la réalité sur place. Cela m’a frappé en écoutant ou des journalistes ou des experts venus en plateau, qui expliquaient ce qu’est la Russie, le fonctionnement de la Russie d’aujourd’hui, de la démocratie en Russie. Très souvent, on est extrêmement loin des réalités et j’ai détecté chez beaucoup de ces experts ou de ces journalistes en chambre, une certaine arrogance, une certaine suffisance, la volonté de donner des leçons et d’appliquer le modèle purement occidental à la Russie. Cela est un peu choquant.

Il y a eu aussi la volonté de diaboliser clairement Vladimir Poutine une nouvelle fois et de survaloriser Navalny, qui n’a pas pu se présenter, en gommant toutes les réalités de la biographie d’Alexeï Navalny. En oubliant qu’il avait été condamné pour escroquerie, qu’il avait fait quelques manifestations à Moscou qui n’avaient pas rassemblé les milliers de gens que la presse occidentale pouvait indiquer. Enfin, tout cela repose sur peu de chose. Et en réalité, une partie de l’enjeu de cette élection pour une partie de la presse dominante en Europe c’était de diaboliser une fois pour toutes Vladimir Poutine et de survaloriser un opposant extrêmement minoritaire.

Les 76% de Poutine montrent que tout cela ne tenait pas.

Quant aux fraudes, il y en a eu, c’est clair, comme il y en a dans toutes grandes élections de toutes les démocraties du monde. […] Et les quelques cas de fraude, montrés par l’opposition, qui sont les cas les plus forts, les plus spectaculaires, je crois que je les ai vus tous à travers les vidéos qui ont été diffusés, franchement, cela fait sourire, c’est assez peu de chose. On voit bien que ce sont des initiatives individuelles, quelques personnes dans quelques bureaux de vote et cela n’est pas de nature à changer le résultat.

Mais-là encore, on les a en boucle dans nos médias occidentaux, on a surévalué, survalorisé ces quelques cas de fraude qui sont choquants, mais qui sont très subalternes par rapport aux résultats et à l’enjeu du résultat final.

[Concernant les caméras dans les bureaux de vote russe, ndlr] je ne sais pas si la Russie est le seul pays, mais en tout cas, c’est un pays pionnier. Dans tous les bureaux de vote où je suis allé, il y avait plusieurs caméras aux différents angles du bureau de vote en question, qui retransmettaient en direct tous ce qui se passait dans le bureau de vote.

Et on pouvait voir sur Internet, en cliquant sur le site et en indiquant le numéro du bureau de vote, ce qui se passait. Et j’en ai fait l’expérience avec le président d’un bureau de vote et je lui ai demandé de me montrer si tout cela était vrai et en quelques clics il s’est connecté au site en question et je me suis vu. […]

heure d ouverture bureau de vote - 28 images - edition de ..
heure d ouverture bureau de vote – 28 images – edition de .. | heure ouverture bureau de vote

Image Source: multipancarte.com

Êtes-vous étonné des félicitations du bout des lèvres d’Emmanuel Macron à Vladimir Poutine ou par celle de Donald Tusk qui je cite à déclarer: «Je ne suis pas d’humeur à féliciter Poutine»?

«Non, du côté de Macron, j’ai été beaucoup plus choqué par son attitude au Salon du livre, où les auteurs russes étaient invités d’honneur et le fait de ne pas passer les voir, et de dire pourquoi il ostracisait ainsi la culture russe m’a profondément choqué, a profondément choqué les Russes que j’ai pu rencontrer dans les bureaux de vote, qu’ils soient poutiniens ou opposants à Poutine. Cela a été vécu comme une humiliation. Et ce geste est stupide. Je pense que c’est une grosse boulette d’Emmanuel Macron, d’autant plus qu’il ne faut pas mélanger la politique et la culture et que parmi les auteurs russes présents à Paris, il y avait aussi des opposants à Poutine et certains se sont exprimés en disant que “le Président Macron n’a pas bien compris qui ont été et c’est une erreur et c’est dommage”.

Et du côté du polonais [Donal Tusk, Président du Conseil de l’UE, ndlr], c’est pareil. La Pologne et les pays baltes ont un contentieux assez lourd avec la Russie et il était normal qu’ils boudent cette réélection de Poutine et en tout cas qu’ils l’expriment officiellement, il n’y a rien d’étonnant à cela.
Le climat de défiance en France et plus largement dans nombre de pays de l’Union européenne vis-à-vis de la Russie est très fort.»

Quelle est votre réaction sur l’affaire Skripal? Sur le comportement des Britanniques, la position du gouvernement français et des instances de l’Union européenne?

«Sur l’affaire Skripal, on n’a pas encore tous les éléments. Aujourd’hui, [ce vendredi 23 mars, ndlr], tel que l’on peut en connaître de ce dossier, j’ai l’impression qu’il s’agit d’un montage et d’une manipulation, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, on ne voit pas bien quel était l’intérêt des Russes, de Poutine et du Kremlin d’aller tenter d’assassiner ce vieil ex-espion, agent double, même s’il était traître à son pays, cela faisait des années et des années qu’il était retiré des affaires et qu’il ne représentait plus aucun danger. Pourquoi le faire maintenant, au risque de perturber cette élection présidentielle russe, et surtout au risque d’abimer l’image de la Russie au moment où elle va recevoir le monde entier à travers la Coupe de Monde de foot?

Les Russes, beaucoup l’on dit, ils ont la hantise de voir des annulations de délégations étrangères, d’équipes de foot étrangères, ce qui dégraderait singulièrement cette magnifique compétition, dont les Russes veulent faire un peu un symbole du retour de la Russie dans le concert des nations, et un symbole pacifique. Donc tout allait contre leurs intérêts dans cette affaire Skripal. Je ne vois pas bien qui aurait pu donner l’ordre stupide d’aller éliminer cet espion.

Ensuite, les Britanniques ont tout de suite accusé la Russie, alors même que l’enquête n’avait pas abouti et qu’on n’a pas encore tous les éléments. On a l’impression qu’il y a eu une précipitation politique montée par les Britanniques, aidées par les Américains, sans doute pas par toutes les structures américaines, pour continuer à ostraciser Vladimir Poutine, à renforcer le mur de défiance entre la Russie et l’Europe et l’Occident, pour continuer à entretenir les sanctions économiques et financières contre la Russie. En fait, c’est une pierre de plus dans ce jardin de la coexistence, qui devrait exister entre la Russie et l’Europe.

Alors que c’est de l’intérêt de la Russie comme de l’Europe de s’entendre, certains milieux occidentaux font tout pour creuser ce fossé, entre Moscou, la France, l’Allemagne et le reste de l’Europe. Donc je pense que cette affaire Skripal, dont on ne connaît pas encore tous les éléments, est un montage politique destiné à repousser une nouvelle fois la Russie en dehors des centres d’intérêt de l’Europe.

Cherbourg : ouverture des bureaux de vote - heure ouverture bureau de vote
Cherbourg : ouverture des bureaux de vote – heure ouverture bureau de vote | heure ouverture bureau de vote

Image Source: lamanchelibre.fr

[Pour la France, ndlr] c’est un peu incompréhensible, d’autant plus qu’au début de son mandat, Emmanuel Macron avait symboliquement, de façon très forte et spectaculaire invité Vladimir Poutine à Versailles. C’était un geste montrant une certaine rupture avec la présidence Hollande, cela avait été très bien accueilli et cela avait annoncé, non pas un rétablissement complet de la relation, mais un dialogue qui allait se renouer progressivement. Et là, tout d’un coup, pour une raison que j’ignore, le Président Macron s’est rallié, de façon très rapide, à la position britannique et il en a fait un peu plus à l’occasion du Salon du livre, c’est un peu incompréhensible et contre-productif et profondément maladroit.»

Concernant l’Ukraine, Jean-Yves le Drian est à Kiev ce 23 mars. Il a accusé la Russie d’être directement impliquée dans le conflit armé dans l’est de l’Ukraine, la qualifiant de «pays agresseur» et l’exhortant à y assurer un cessez-le-feu. Que pensez-vous de la position française dans ce dossier?

«C’est une position qui n’est pas tellement nouvelle. Depuis 2014, la Russie est accusée des pires choses, alors parfois à juste titre. Quand la Russie a récupéré la Crimée qui est une terre russe avec le référendum, ça, c’est une chose. Mais on sait aussi que la Russie a entretenu ou a aidé, à un certain moment, la quasi-sécession des provinces de l’est de l’Ukraine, qui sont plutôt russophones. C’est un moyen d’entretenir un conflit larvé qui gêne l’Ukraine et qui gêne aussi l’OTAN ou les États-Unis, qui voulaient otaniser l’Ukraine et rallier l’Ukraine à l’alliance atlantique. Le jeu russe est d’entretenir un contentieux territorial pour geler toutes les velléités de l’Ukraine à l’OTAN.

Du côté français, le Drian utilise les mêmes mots aujourd’hui que Fabius hier. On est dans un processus diplomatique classique, c’est-à-dire qu’on met sur la table des accusations et ensuite on commence à discuter.

La relation entre la France et la Russie a paru évoluer au début du quinquennat de Macron, avec cette invitation à Versailles, puis les choses se sont progressivement figées de nouveau. Comme si la France se réalignait sur les intérêts des États-Unis, de l’Allemagne ou de la Grande-Bretagne, comme si la France retombait sous la tutelle américaine et otanienne. Alors, on verra dans la durée si cela est exact, mais ce réalignement de la France se traduit aujourd’hui dans l’affaire Skripal, mais aussi sur l’Ukraine.

Mais encore une fois, attention, regardons sur une durée un peu plus longue. Il se peut qu’aujourd’hui on durcisse un peu le ton pour mieux ensuite pouvoir discuter. Je n’oublie pas qu’au tout début de la crise ukrainienne, les Européens étaient arrivés à une sorte d’accord qui était très intéressant et qui a été torpillé par les Américains ensuite. Et je n’oublie pas que ces accords de Minsk portaient en eux-mêmes des perspectives d’apaisement, et de développement de la relation.»

Vous avez une expertise sur la Russie. Quels sont selon vous les futurs hommes forts qui accompagneront le Président Poutine lors de son dernier mandat?

«Il faut déjà que Poutine soit installé dans sa nouvelle présidence, qu’il nomme un Premier ministre, un nouveau gouvernement. Mais il est clair que l’un des défis majeurs de ce mandat, outre le redressement de l’économie, la poursuite du redressement de la Russie à l’étranger, est de faire monter une nouvelle génération de dirigeants russes et notamment parmi ces dirigeants, de trouver celui qui assurera la poursuite de cette tâche de redressement après 2024, quand Vladimir Poutine va arriver au terme de ce mandat, c’est-à-dire un dauphin, un successeur.

Et ce successeur, bien malin aujourd’hui qui peut dire qu’il est, quel âge il aura. Logiquement, on devrait aller vers une nouvelle génération, un quadragénaire, quelqu’un qui soit dans les idées de Poutine, qui ait assez d’autorité, de charisme et de force pour tenir cet immense pays qu’est la Russie. Alors il y a des noms qui circulent […], qui reviennent comme celui de Choïgou, qui est une personnalité assez charismatique, qui a la confiance de Vladimir Poutine, c’est un homme à poigne, qui est populaire, mais il n’est plus tout jeune et donc s’il y a une relève générationnelle, cela ne le concernera pas.»

15 Caractéristiques D’Heure Ouverture Bureau De Vote Qui Font Que Tout Le Monde L’aime | Heure D’ouverture Bureau De Vote – heure ouverture bureau de vote
| Encouraged for you to our weblog, in this time I am going to teach you concerning keyword. And now, this can be a very first picture:

Foire aux questions, comment voter sans souci dimanche 20 juin ..
Foire aux questions, comment voter sans souci dimanche 20 juin .. | heure ouverture bureau de vote

Image Source: humanite.fr

Gallery for 15 Caractéristiques D’Heure Ouverture Bureau De Vote Qui Font Que Tout Le Monde L’aime | Heure D’ouverture Bureau De Vote

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *